Sud-Ouest│Parlement : lobbying à tous les étages !

>>> Parlement : lobbying à tous les étages !
Voix de la société civile mais aussi pressions des intérêts privés sur le législateur : l’art de l’influence, peu encadré, sent toujours le soufre…
DOSSIER REALISE PAR YANN SAINT-SERNIN
y.saint-sernin@sudouest.fr

… Résultat : « Tout existe ! », souffle un assistant parlementaire. Le meilleur, comme les auditions transparentes en commissions, moment indispensable de consultation de la société civile avant de légiférer. Mais aussi le pire, parfois très proche du conflit d’intérêt.
….
Les vieilles méthodes
« Le problème, c’est qu’on ne s’est pas résolu à définir ce qu’est le lobbying », regrette le sociologue Guillaume Courty.
… Selon Guillaume Courty, « les lobbys déterminent d’abord ceux qui leur seront les plus favorables ». Seconde étape : ils créent du lien.
… « Une grande partie des amendements votés sont livrés clés en main par les lobbys », explique,sous couvert d’anonymat, un assistant parlementaire UMP. À gauche, un de ses homologues confirme : « Il peut y avoir des choses intéressantes dans ces propositions, mais, sur certains textes, c’est tellement la foire d’empoigne entre différents groupes d’intérêts concurrents, que leurs amendements finissent par se neutraliser ! »
… « Avec cinq mecs bien placés, vous pouvez bloquer une lois ans problème », avoue le collaborateur d’élu UMP.

>>> « Tu seras un grand lobbyiste, mon fils ! »
Réseaux
Sans surprise, dans le bottin des lobbyistes, beaucoup sont des proches d’élus
Un bon lobbyiste se doit d’avoir de l’entregent. Et un lien familial ou professionnel avec un élu n’est pas pour nuire. Une partie de la profession semble se ranger à cette idée, après consultation du registre officiel des lobbyistes à l’Assemblée nationale.
Ainsi, Lagardère s’est-il payé les services de Laure Darcos, la femme de l’ancien maire de Périgueux et ministre de l’Éducation nationale. Françoise Louis-Trefouret, nièce de Pierre Méhaignerie, s’est lancée dans le lobbying au service du Conseil national des barreaux. Pierre Bachelot, le fils de l’ancienne ministre, est, lui, chargé de défendre les intérêts de l’Indes (Institut national pour la prévention et l’éducation à la santé), une structure dépendant du ministère de la Santé, dont il a été d’ailleurs nommé président en 2010 !
Difficile d’évaluer le succès de ce type de stratégie. Guillaume Courty, sociologue et spécialiste des lobbys, s’avoue sceptique : « Je ne suis pas sûr que lorsqu’elle va s’adresser à un président de collectivité de gauche, Laure Darcos reçoive un accueil très chaleureux… »
Reste que les passerelles entre le monde des décideurs et celui des lobbyistes ne cessent de poser question. Ainsi la profession recrute à l’envi chez les attachés parlementaires. Souvent mal payés, avec des statuts aux contours flous, certains ont parfois même cumulé leur fonction avec des activités rémunérées de veille parlementaire pour des grands groupes.« D’un autre œil »
Une époque révolue, assure-t-on. Ce qui n’a pas empêché Amandine Duc, par exemple, ancienne collaboratrice de Dominique de Villepin, de se recaser dans le lobbying pour l’Unicef. Fabrice Layer, ex-collaborateur de Marc Le Fur (responsable de l’administration du registre des lobbyistes) s’est, lui, reconverti dans l’agence Com Publics de Marc Teyssier d’Orfeuil. Pascal Favre, qui a travaillé pour Yves Bur (très impliqué dans la santé) a quant à lui été recruté par la Fédération française des industries de santé (FFIS). « Ce sont des gens qui savent parler aux députés ou à leur entourage. Pascal, je le connais depuis dix ans, alors quand il vient m’apporter un dossier, c’est sûr que je vais le regarder d’un autre œil. C’est un petit lien qui nous affaiblit », analyse un collaborateur parlementaire toujours en activité.
Ancien animateur des réseaux HEC, Paul Boury, l’un des plus influents lobbyistes parisiens, fait, lui, partie des proches de François Hollande. Plus simple, certains politiques n’ont pas hésité à franchir eux-mêmes le pas. Ainsi, l’ex-secrétaire d’État et député de Dordogne Frédéric de Saint-Sernin (par ailleurs cousin de Dominique de Villepin), représente aujourd’hui au nom du groupe Pinault-Printemps-Redoute les intérêts Gucci, Conforama, Fnac ou Puma, auprès du Parlement.
Quant à l’ancien conseiller municipal de Versailles, Hervé Pichon, lobbyiste de Peugeot, il avait carrément annoncé, il y a quelques semaines, qu’il n’excluait pas de se présenter… aux élections législatives. De là à dire que l’on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

>>> Députés, sénateurs, bienvenus aux clubs… parlementaires
Les colloques et les clubs auxquels sont conviés les élus ne sont jamais gratuits

Depuis l’affaire du Mediator, il n’existe plus aucune trace du club Hippocrate. Il réunissait une centaine de députés autour des questions de santé et était financé par le groupe pharmaceutique GSK. Un détail pour le moins gênant, puisqu’il était coprésidé par les députés Gérard Bapt (PS) et Jean-Pierre Door (UMP), tous les deux en pointe dans la dénonciation des conflits d’intérêts du groupe Servier.

Financeurs et… experts
D’autres ont toujours pignon sur rue. Tel le club Cérès, un temps coprésidé par le sénateur girondin Gérard César. L’objet ? L’agriculture. Les financeurs ? BASF, Syngenta. Les experts habituels ? Voir la réponse précédente ! Ainsi, lorsque le 9 décembre 2009, le club se penche sur la thématique « Agriculture et abeilles », le sponsor n’a pas lésiné. Pour donner la réplique à un chercheur de l’Afssa, Denis Tardit, le président de Syngenta France et André Fougeroux, responsable environnement à Syngenta Agro. Les deux compères seront à nouveau bombardés experts quelques mois plus tard, lorsqu’il sera question d’étudier « Les Méthodes complémentaires aux produits phytosanitaires ». Et en janvier 2012, pour disserter sur « La Santé des abeilles », c’est encore Denis Tardit qui s’y colle, face à un représentant de la FNSEA.
Pourquoi la firme Syngenta s’intéresse-t-elle tant aux abeilles et aux députés ? Il n’est pas inutile de relever que la multinationale suisse est le fabriquant du fameux Cruiser, un insecticide soupçonné par les apiculteurs d’être responsable de la mortalité des abeilles. Problème : le soupçon vient justement d’être confirmé par une étude de l’Inra. Joint par téléphone, Gérard César ne s’étend pas : « Ce club ne m’intéresse pas beaucoup, je n’y vais presque jamais. Je l’ai présidé pour remplacer un collègue. »
Cérès est géré par Agora Europe (qui lui a même adjoint un conseil scientifique), une agence dirigée par Grégoire de la Roncière (1), un conseiller municipal de Sèvres, proche de François Kosciusko-Morizet (père de NKM). Les agences de communication se sont fait une spécialité dans la création et l’organisation de ces clubs en assumant l’interface entre des groupes d’intérêt et les parlementaires.
….

http://www.sudouest.fr/2012/05/25/parlement-lobbying-a-tous-les-etages-724431-4643.php

Publicités

À propos de USC UNSA AN

Union syndicale des collaborateurs parlementaires de l'Assemblée nationale, affiliée à l'Union syndicale des syndicats autonomes A

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :