Dépêche AFP | Vallini (PS), “un employeur aux méthodes contestables”, selon un syndicat

Dépêche AFP Vallini (PS), “un employeur aux méthodes contestables”, selon un syndicat

PARIS, 23 jan 2012 (AFP) – 19h33 heure de Paris – L’Union syndicale des collaborateurs parlementaires a affirmé lundi que le sénateur PS de l’Isère André Vallini, assigné aux prud’hommes par une de ses anciennes assistantes parlementaires, s’est conduit à plusieurs reprises en “employeur aux méthodes contestables”.

M. Vallini, député jusqu’en septembre dernier et chargé de la justice dans l’équipe de François Hollande, est accusé par cette ex-collaboratrice, B., de “licenciement abusif, harcèlement moral et discrimination à l’âge”. Il reproche à cette dernière d’avoir causé des “problèmes de plus en plus graves” dans son travail, ajoutant qu’elle était maintenant en “contact” avec ses “adversaires politiques locaux”. Les prud’hommmes doivent se prononcer le 14 février.

Dans un communiqué, l’USCP, “principal syndicat des 2.400 collaborateurs de députés”, estime que ces arguments constituent “une grossière tentative de manipulation ainsi qu’une volonté de se dédouaner de ses responsabilités d’employeur aux méthodes contestables”.

“Nous avons eu l’occasion en trois ans de suivre le licenciement de trois collaboratrices de M. Vallini, deux autres ont même démissionné. Le dossier de B., notre ancienne collègue de circonscription, n’est donc pas un cas isolé de licenciement”, écrit l’USCP, affilé à l’Unsa (syndicats autonomes).

“Nous pouvons témoigner que c’est toujours M. Vallini qui a mis fin aux contrats de travail suivant des motifs et un calendrier qui lui étaient propres. La mise au placard de notre collègue B. a même été évoquée lors de l’entretien de licenciement sans que M. Vallini ne nie les faits”, ajoute le syndicat.

“Le harcèlement moral ne peut constituer une méthode de management au prétexte de l’exercice de missions de service public”, conclut l’USCP.

André Vallini, président du conseil général de l’Isère, avait déclaré dans un communiqué, le 9 janvier que “cette procédure de licenciement qui dure depuis plus d’un an sort curieusement dans la presse en pleine campagne présidentielle”.

Il avait assuré avoir proposé à son ex-assistante “à plusieurs reprises de quitter (son) secrétariat parlementaire pour un autre emploi correspondant à son profil”.

“Depuis vingt ans, j’ai recruté de nombreux collaborateurs politiques dont la plupart se félicitent d’avoir travaillé à mes côtés pour la rigueur que je leur ai apprise à mettre dans un travail qui nécessite, à mes yeux, d’autant plus d’exigence qu’il est au service de l’intérêt général”, avait-il ajouté.

Publicités

À propos de USC UNSA AN

Union syndicale des collaborateurs parlementaires de l'Assemblée nationale, affiliée à l'Union syndicale des syndicats autonomes A

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :